Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - dossier Santé à Moris
Afficher un message
  #23 (permalink)  
Vieux 06/04/2007, 12h48
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Des unités spécialisées contre le diabète dans les hôpitaux
C’est la guerre contre le diabète. Des départements dédiés aux diabétiques et des appareils sophistiqués serviront à une meilleure prise en charge et à la prévention des complications.

Le glucomètre, très pratique, est de plus en plus utilisé pour tester le taux de sucre dans le sang. “On a perdu 20 ans. On n’a plus droit à l’erreur.” Les propos sont du ministre de la Santé, Satish Faugoo qui a publiquement présenté, hier, un plan d’action de dix ans, comprenant une panoplie de mesures visant à lutter contre le diabète.

Le dernier Non Communicable Disease Survey démontre que près de 20 % d’adultes, âgés de plus de 20 ans, sont diabétiques. Dans un premier temps, des unités spécialisées seront aménagées, dans les hôpitaux régionaux de l’île. “L’objectif est double, explique le ministre Faugoo, car il faut prévenir la maladie à travers une meilleure prise en charge de ceux qui présentent un taux élevé d’intolérance au glucose tout en évitant les complications liées au diabète.” C’est-à-dire les maladies cardiovasculaires, les amputations, les problèmes de vision, les problèmes rénaux et les problèmes sexuels.


Formation en podologie

Ce plan d’action, élaboré avec le soutien de plusieurs experts étrangers, comporte trois actions prioritaires. “L’aménagement de ces diabetes clinics dans les hôpitaux régionaux de l’île est impératif, ajoute le ministre Faugoo, car plus de 50 % de diabétiques ne contrôlent pas leur maladie.”

Les femmes enceintes, souffrant de diabète, seront sous stricte surveillance médicale. Des contrôles du taux de glycémie seront faits régulièrement afin de réduire toute malformation congénitale et les décès avant la naissance. Après une séance d’apprentissage du mode d’emploi, elles recevront des glucomètres et des bandelettes pour des tests de glucose dans le sang.

Le personnel infirmier sera formé par une podologue mauricienne qui travaille à Londres. La podologie, une spécialité pas encore disponible à Maurice, servira à soigner les diabétiques qui souffrent de complications aux pieds.

Le “doppler ultrasound” aidera à détecter, très tôt, les obstructions des vaisseaux sanguins au niveau des pieds. Pour information, on recense quelque 400 amputations chaque année. Les autorités prévoient aussi l’achat d’ophtalmoscopes digitaux qui permettent des diagnostics plus pointus dans l’examen de la rétine.

Le diabète du Type I, qui touche plus particulièrement les enfants, sera particulièrement pris en considération. Il y a actuellement environ 200 enfants et adolescents qui sont en traitement pour ce genre de diabète.

“Un steering committee fera le suivi des différentes mesures proposées dans ce plan d’action”, dit le ministre Faugoo qui rappelle les mesures déjà prises pour contrecarrer le diabète dont le School Health Programme, introduit récemment dans le secondaire. Les étudiants, dotés d’un carnet de santé, peuvent ainsi bénéficier des tests de dépistage. “Les enfants, prédisposés au diabète, seront rigoureusement suivis et nous encourageons ceux qui n’ont pas subi un dépistage depuis plus de trois ans de le faire dans les Area Health Centres.”

À noter que les coûts économiques liés au diabète sont importants. 90 % de ceux qui ont eu des problèmes cardiovasculaires sont des diabétiques. Et chaque intervention, sur les 400 annuelles qui se font au Centre cardiaque de Pamplemousses, coûte Rs 300 000. Il faut aussi compter les dépenses pour le traitement des yeux et celles des dialyses pour les diabétiques qui ont des problèmes aux reins.





Jane L. O’NEILL
Réponse avec citation