Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - dossier Santé à Moris
Afficher un message
  #17 (permalink)  
Vieux 14/03/2007, 09h08
Avatar de monica__95
monica__95 monica__95 est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Echos De La Recherche

Vin: boire un petit coup, c'est tout

Le vin, c'est bon pour le cœur. Bien sûr, l'information n'est pas nouvelle, mais les études sur la question se multiplient. La dernière en date émane d'une équipe néerlandaise. Selon les chercheurs, l'espérance de vie des " buveurs de vin " serait " très supérieure " à celle des abstinents ou des amateurs de bière ou de spiritueux !

Si elle peut porter à sourire, l'étude est pourtant prise très au sérieux dans la communauté médicale. L'équipe du Pr Martinette Streppel, de Wageningen, aux Pays-Bas, a en effet suivi l'évolution de l'état de santé de 1 373 hommes pendant… 40 ans. Pendant cette période, les personnes suivies ont eu à répondre à un questionnaire élaboré, et ce à sept reprises. Ce questionnaire portait sur leur consommation d'alcool, leurs habitudes alimentaires et, le cas échéant, sur leur consommation de tabac. De même, leur indice de masse corporel et la prévalence du diabète, des maladies cardio-vasculaires et des cancers ont également été pris en compte…

Résultat : " Notre étude montre qu'une consommation modérée de vin sur le long terme est associée à un moindre risque de maladies cardio-vasculaires comme de toute autre cause de mortalité ", affirme le Pr Streppel. Ainsi, par rapport aux abstinents, les hommes buvant un verre de vin par jour ont vu ce risque diminuer de… 34 % ! Attention cependant de ne pas en abuser.

Maladies cardiaques:manger des céréales

Riches en vitamines et en minéraux, ainsi qu'en fibres et en antioxydants, les céréales sont " très bénéfiques " sur le plan cardio-vasculaire. C'est du moins ce qui ressort d'une étude américaine, qui préconise la consommation régulière de céréales complètes.

Le Pr Luc Djoussé et son équipe, de la Harvard Medical School de Boston, aux États-Unis, affirme avoir suivi plus de 10 000 médecins de 1982 à 2006. S'intéressant de près à leur consommation en céréales, les chercheurs ont fait une surprise de taille : ceux ayant mangé des céréales complètes à raison de sept fois par semaine ont vu leur risque de souffrir d'une insuffisance cardiaque réduite de 28 % par rapport à ceux n'en n'ayant pas consommé.

" Voici des arguments crédibles pour inciter les gens, et pas seulement les enfants, à manger des céréales tous les matins ", affirme le Pr Luc Djoussé. " L'ingestion quotidienne de céréales complètes au petit-déjeuner permet d'abaisser la tension artérielle, de combattre le mauvais cholestérol et, donc, de prévenir les accidents cardiaques. "

Attention cependant, tempère le chercheur : il convient aussi de ne pas accompagner les céréales de quantités industrielles de sucre et d'autres friandises à base de fruits séchés… et sucrés !

Autisme: les gènes identifiés

Si les récents résultats du projet international Autism Genome Project sont vérifiés, ils constitueront une grande avancée dans la recherche d'un " traitement " contre l'autisme. Les 120 chercheurs impliqués dans ce travail seraient en effet parvenus à identifier le gène impliqué dans ce grave trouble de la communication et du comportement. La réponse, selon eux, se trouverait d'ailleurs dans une région du chromosome 11. L'objectif du programme, lancé en 2002 et rassemblant des spécialistes canadiens, européens et américains, est de constituer " la plus grande collection jamais réunie " d'ADN de familles (environ 1 200) dont des membres sont atteints d'autisme. En faisant ensuite une étude comparative sur l'ensemble de leur génome, ils espèrent ainsi " cartographier " avec précision les gènes impliqués dans la maladie.

" Les résultats de cette étude soulignent que l'autisme n'est pas une maladie à cause unique, mais un trouble comportemental ayant de nombreuses causes génétiques, et pour lequel les gènes impliqués varient d'une famille à l'autre ", explique Catalina Betancur, de l'Unité INSERM U513 de Créteil, en France. Mais l'étude n'en est qu'à sa première phase ; la seconde, elle, devrait durer 3 ans.

Stress: attention, danger!

Maladies d'Alzheimer, Parkinson, épilepsie, accidents vasculaires cérébraux, migraines… Plus d'un milliard d'individus dans le monde sont chaque année frappés par l'un de ces troubles neurologiques, affirme l'Organisation mondiale de la santé dans son dernier rapport sur la santé mentale. En outre, certaines régions, note le rapport, sont plus " à risque " que d'autres en raison du manque de traitements à la disposition de la population. C'est notamment le cas du continent africain. " Bien que des traitements peu coûteux et efficaces soient disponibles en Afrique, près de neuf personnes sur dix souffrant d'épilepsie ne sont pas traitées ", affirme le nouveau directeur général de l'OMS, le Dr Margaret Chan.

Au niveau des chiffres, le constat est tout aussi alarmant : les troubles neurologiques seraient à l'origine chaque année de près de 6,8 millions de décès. Aussi, les auteurs recommandent une série de mesures, simples mais efficaces, comme " un engagement plus grand de la part des décideurs " et " une prise de conscience sociale ".

Obésité: pas trop de télé pour les petits

La télévision pour les petits, oui, mais avec modération, sous peine de voir son enfant commencer à se goinfrer inutilement de friandises. Le consommation maximale, pour un enfant, est d'une à deux heures de télé ou de jeux vidéos par jour. Pas plus !

Sonia Miller, de la Harvard Medical School de Boston, aux États-Unis, explique le phénomène : " Au-delà de deux heures passées devant un écran, l'enfant consomme des boissons sucrées et des friandises en quantités excessives. À terme, cette addition de calories peut avoir des répercussions importantes sur le risque d'obésité et de maladies cardio-vasculaires. "

La chercheuse s'appuie sur une étude entamée auprès de 1 200 mères de famille. Le résultat est sans appel : plus un enfant regarde la télévision, plus il se nourrit mal. En d'autres termes, les enfants développent déjà dès leur plus jeune âge le dangereux cocktail Sédentarité/alimentation déséquilibrée. " C'est pour cette raison qu'il est également déconseillé de mettre un écran dans la chambre d'un tout petit ", explique Sonia Miller.

Dernière chose : " À partir de 2 ans, un enfant ne doit pas rester plus de deux heures par jour devant la télé. Et il doit pratiquer au moins une heure d'activité physique modérée à intense. "
Réponse avec citation