Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Examination Fee SC & HSC
Afficher un message
  #61 (permalink)  
Vieux 02/03/2007, 19h21
Rocco Rocco est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
ÉDUCATION Frais d'examens SC & HSC


Carnaval de protestation à Rose-Hill le 9 mars


Un " carnaval de protestation " sera organisé à la Place Margéot à Rose-Hill, le 9 mars prochain, à l'initiative de la Plate-forme nationale sur la suppression des frais d'examens du SC et du HSC. Cette démarche est soutenue par le National Trade Union Council (NTUC), qui a manifesté devant l'Assemblée nationale et le siège du ministère des Finances, mercredi, en marge d'une réunion avec des représentants du FMI et de la Banque mondiale .
" Nou bann zenes ki pa pasif. Nou kontan dimoun ki pa dominer. Minis ledikasyon, Dharam Gokhool, pe exsit la population kan li dir ki pa ti ena zelev ek paran dan mars protestasion le 22 fevrie. Li bizin ale get foto. So bann informasion trike ", affirme Florian Lepoigneur, membre de la Plate-forme Nationale et porte-parole des élèves. " Gokhool ferm tou la port, lafnet ek linpost. Tou zelev invite à Place Margéot, Rose-Hill, le 9 mars à partir de 11 h 30 pou enn karnaval de protestasion ", ajoute-t-il. Le ministre de l'Éducation, affirme Florian Lepoigneur, " ne veut pas écouter la voix des élèves ". Et d'ajouter que le mot d'ordre pour le boycott du carnaval du gouvernement dans le cadre des célébrations de la fête de l'Indépendance et de l'accession du pays au statut de République fait son chemin. " Nous pensons que le ministre de l'Éducation se trouve dans une impasse. Il n'a plus sa place au gouvernement. Il ne prend pas en considération les intérêts du peuple. La voix du peuple, c'est la voix de Dieu. Nou ti montre nou la voi for le 22 février. Nou pou montre li pli for le 9 mars ". Dans ce contexte, une association de jeunes et d'élèves sera créée à brève échéance, dit-il.
Florian Lepoigneur insiste sur le fait qu'il ne devrait pas y avoir " deux ou trois catégories d'enfants mauriciens ". " Il est injuste que les parents qui perçoivent des salaires de Rs 7 500 soient subventionnés à 100 %, ceux qui touchent entre Rs 7 500 et 10 000 à seulement 50 %, et que ceux qui touchent plus de Rs 10 000 doivent payer la totalité des frais d'examens ".
Pour sa part, Yahya Paraouty, président de l'UPSEE et membre de la plate-forme nationale, indique que le sous-comité de la plate-forme a décidé de remettre une lettre au Premier ministre, Navin Ramgoolam, mercredi. La lettre, accompagnée d'une covering letter, est la copie conforme de la lettre ouverte adressée au PM, qui a été publiée dans la presse récemment.
" Nous invitons le Premier ministre à prendre en considération la lettre ouverte qui lui a été adressée. Nous sollicitons également une rencontre avec lui dans les meilleurs délais ", déclare M. Paraouty. " Faute de réponse, la campagne de mobilisation se poursuivra. Notre action ne s'arrêtera pas à la grande manifestation du 9 mars, elle se poursuivra jusqu'à ce que nous obtenions satisfaction ".
Yahya Paraouty réfute également des commentaires du ministre de l'Éducation sur la marche de protestation du 22 février dernier. " Dharam Gokhool dit qu'il n'y a pas vu de parents et d'élèves. Nous lui donnons rendez-vous le 9 mars prochain ".
De son côté, Toolsyraj Benydin, autre membre de la plate-forme et président de NTUC, est catégorique : " Il est évident que la population est avec nous, en dépit des pressions et du temps inclément. Le response a dépassé nos espérances. Élèves, parents, syndicats, dirigeants de partis politiques, citoyens, tout le monde était sur la même longueur d'ondes. Nous faisons de notre mieux pour empêcher les gens de s'appauvrir davantage. Nous mettons l'accent sur la justice sociale. " Il demande au Premier ministre d'entamer le dialogue afin d'arriver à un consensus. " Si le PM persiste dans son refus de dialoguer, il assumera ses responsabilités. La balle est désormais dans le camp du gouvernement ", soutient M. Benydin.
Réponse avec citation
Google