Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Comment to appel ene zome ki batte femmes?
Afficher un message
  #12 (permalink)  
Vieux 22/02/2007, 10h53
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Nasser Soobratee : “Mo madam ti provok mwa”

DRAME DE BEL-AIR-RIVIÈRE-SÈCHE
Nasser Soobratee : “Mo madam ti provok mwa”


Il avait nié avoir brûlé sa femme. Il a fini par avouer. En effet, Nasser Soobratee a hier expliqué aux limiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) qu’il a immolé son épouse, dans la soirée de dimanche. Le drame s’est produit à leur domicile à Bel-Air-Rivière-Sèche, le 11 février. Brûlée sur la majeure partie du corps, Varmila, 20 ans, a rendu l’âme plus tard à l’hôpital de Flacq. “Mo finn fer sa parski mo madam ti provok mwa”, a-t-il dit aux hommes du surintendant de police (SP) Prem Raddhoa.

Vers 15 heures hier, il a participé à une reconstitution des faits avant d’être conduit à la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe. Dans sa déposition donnée en présence de son homme de loi, Me Chetan Baboolall, Soobratee a expliqué qu’au cours d’une violente dispute, son épouse aurait aspergé ses propres vêtements de kérosène et lui aurait lancé, en le provoquant, “si to ena kouraz, touy moi”. C’est ainsi que, sans pour autant en avoir l’intention, il aurait fini par craquer une allumette...

A l’hôpital, la victime devait confier à l’une de ses proches ce soir-là : “Si mo dir la verite, Nasser pou al dan prizon.” Après la mort de Varmila, l’information est communiquée aux limiers de la MCIT. Nasser Soobratee est convoqué à la CID de Bel-Air-Rivière-Sèche et, par la suite, relâché. Interpellé le même jour, par les hommes du SP Raddhoa et longuement interrogé, il devait clamer son innocence en arguant avoir tenté de sauver son épouse. Selon sa première version, une bouteille contenant du kérosène était accidentellement tombée à côté d’une cuisinière allumée. C’est ainsi que le feu aurait pris, brûlant sa femme qui tenait leur fils dans ses bras. Il était allongé sur son lit lorsqu’il aurait entendu des hurlements. Accourant à la cuisine, il aurait été horrifié de voir son épouse en flammes. Thèse que les enquêteurs n’ont pas crue en raison d’indices laissant penser à un acte criminel.
Réponse avec citation