Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Les Mauriciens qui brillent sur la scéne internationale
Afficher un message
  #1 (permalink)  
Vieux 06/08/2004, 18h25
Avatar de SheHzaD555
SheHzaD555 SheHzaD555 est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: mars 2004
Messages: 2 969
Les Mauriciens qui brillent sur la scéne internationale

Karaté - 3rd Gojukai World Championships

Le dernier-né de la gloire mauricienne

David Li Yuen Fong est devenu le premier Mauricien à se distinguer de si brillante manière sur la scène internationale, lors des troisièmes Championnats Gojukai mondiaux, qui se sont déroulés à Perth. Il devait brillamment prendre la mesure de l'Iranien Fahrad Esbati en finale pour signer son triomphe. Toutefois, le seul point noir de cette merveilleuse prestation a été l'oubli de la part du ministère de la Jeunesse et des Sports d'accueillir le nouveau champion du monde à l'aéroport.

Il est devenu Champion du monde de karaté et simultanément le premier Mauricien à s'illustrer dans une telle discipline sur la scène internationale. L'année 2001 a, sans nul doute, été l'une des plus belles pour nos sportifs, car après les exploits d'Eric Milazar et de Stephan Buckland aux Championnats du monde d'Athlétisme, la nation mauricienne a, à présent, un autre nouveau porte-drapeau. Il se nomme David Li Yuen Fong et se dit être encore sous l'effet de choc après sa brillante prestation lors des Championnats du monde de karaté à Perth. Web designer chez Publico, le Champion du monde avoue que la compétition était d'un niveau élevé, avec la participation de karatékas de renommée mondiale venant d'environ 28 pays à travers le monde. «Je ne m'attendais surtout pas à monter sur la plus haute marche du podium, car techniquement, les autres étaient incontestablement imprenables. Le Japon, l'Australie et l'Afrique du Sud avaient des combattants de calibre et qui s'étaient bien préparés";, déclare le champion. Tout d'abord, David Li Yuen Fong devait aborder la compétition modestement et ne doutait aucunement que sa route allait être aussi longue. Toutefois, il souligne qu'il n'a jamais perdu sa détermination tout au long de la compétition, essayant même de tirer le plus d'expérience possible de sa participation. Quand il se retrouva en finale face à l'Iranien Fahrad Esbati, le Mauricien ne croyait pas ses yeux, mais redoubla quand même d'efforts pour être à la hauteur de la tâche. Selon ses propres dires, le combat était entièrement différent des autres, car c'était une joute davantage psychologique que physique. Au bout des trois minutes, le jeune homme devait finalement coiffer son adversaire au poteau pour devenir le premiaenfin de conserver son titre.

A son retour, David Li Yuen Fong a été surpris de constater que pas un seul officier du ministère de la Jeunesse et des Sports ne s'était déplacé pour l'accueillir à l'aéroport. «Je pense que la compétition s'est déroulée tellement vite qu'on n'a pas eu le temps de rester en contact. Je pense que c'est ce manque de contact qui a causé cet oubli";, avance le Champion du monde. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Ravi Yerrigadoo, qui a rencontré le Champion du monde au bâtiment Emmanuel Anquetil, jeudi dernier, devait déclarer à la presse qu'il reconnaissait que le champion aurait dû être accueilli à l'aéroport. Il devait toutefois se défendre en affirmant qu'il ne pouvait être au four et au moulin en même temps. Le ministre n'a pas voulu dévoiler le montant du cachet qui sera remis au nouveau champion. D'autre part, le nouveau champion a tenu à remercier ses parents, son entraîneur, Georges Li Ying Pin, les membres de la délégation mauricienne qui avaient fait le déplacement à Perth, de même que son employer. Il dédie son succès à tout ce beau monde.
Réponse avec citation
Google