Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Décès de Ras Ti Lang
Afficher un message
  #17 (permalink)  
Vieux 26/07/2004, 12h48
Avatar de ZahoOL
ZahoOL ZahoOL est déconnecté
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
Hommage à Ras Tilang

Une autre voix du seggae s'est tue



Maurice s'est réveillée sur une triste note dimanche matin en apprenant le décès du chanteur Ras Tilang. Après Kaya, Berger Agathe, Gérard Bacorilall et Clifford Carosin, une autre valeur sûre du seggae s'en est allé. Retour sur sa carrière.

Son allure frêle cachait une voix très puissante. Quand il a sorti son premier album, tout le monde a été étonné par la ressemblance de sa voix avec celle de Kaya. C'est, sans doute, cette particularité qui lui a permis de connaître une popularité immédiate. Toutefois, il clamait haut et fort qu'il s'agissait de sa voix naturelle et qu'en aucun cas, il ne tentait d'imiter le roi du seggae. Sur les ondes, Citoyen extrait de son album Evolusion, sorti chez Wanadoo Production tourne en boucle. Maurice découvre un nouveau défenseur du rythme seggae. Bord la rivière, du même album, se démarque également, avec des arrangements et des percussions de Menwar. Ras Tilang devient incontournable dans les grands rendez-vous reggae et seggae.

Influences. Pourtant, la carrière de Jean Webb Brigitte (son vrai nom) a débuté il y a bien longtemps. En 1986, il fait la connaissance de Kaya et de Berger Agathe. Ils se laisse influencer par leur musique, le seggae. Peu de temps après, il intègre Ovajaho, la formation de Berger Agathe, où il assume les fonctions de bassiste. Rêvant d'une carrière à lui, il monte sa propre formation. Ses musiciens ne l'accompagneront, toutefois, pas en studio pour son premier album, en raison des "exigences de la production", disait-il. Certains lui sont restés proches, à l'instar de Laval Périgot, qui écrit le morceau Esclav maron pour son deuxième album.

En octobre 2002, en revenant du concert Reggae Sunsplash, à Olivia, Ras Tilang est victime d'un accident en compagnie des musiciens de Zot Sa. Le chanteur a la langue coupée en deux phases et beaucoup croyaient que sa carrière était terminée. "Pendant plusieurs jours, je ne pouvais pas parler. Mais, j'ai eu beaucoup d'encouragements de ma famille et de mes amis. Petit à petit, j'ai retrouvé la parole. Pour pouvoir recommencer à chanter, j'ai fait des exercices vocaux. Chaque matin, je prenais un djembé et je me rendais au bord d'une rivière dans mon quartier, pour chanter", confiait-il par la suite.

Confirmation. Quelques mois plus tard, Ras Tilang retourne en studio, chez Kapricorn cette fois, pour l'enregistrement de son deuxième album, Ledikasyon. Les séquelles de l'accident se font encore sentir, mais il arrive à surmonter l'épreuve. "Zamé mo fine asize lor ban l'école pou mo aprane", chantait-il dans le morceau-éponyme. Enfant de Vallée-des-Prêtres, victime de la séparation de ses parents, il n'a pas eu l'occasion d'aller à l'école. À ceux qui lui demandaient comment il fait pour composer, il répondait : "Tout est dans ma tête. Je ne sais pas écrire, ni lire. Des fois, en studio, les musiciens me disent que je prends de gros risques, mais je suis confiant."

Avec ce deuxième album, Ras Tilang allait au-delà de sa simple ressemblance de voix avec Kaya et imposait sa propre identité. Conservant son penchant pour le reggae et le seggae, il accentue ses textes sur la société. "Je chante ce que je ressens. Nous voyons tous les jours les problèmes auxquels notre petite île doit faire face. Je ne critique ni ne tutoie la politique, mais là où il y a l'injustice, je dois m'exprimer." Ras Tilang profite également de l'occasion pour rendre hommage à Berger Agathe et à Kaya qui lui ont appris que "dans la musique, éna fête et défaite." Tout récemment, il voulait même faire des reprises des chansons de Kaya, mais n'a pas eu l'autorisation nécessaire pour cela. Kapricorn prévoyait déjà le troisième album du chanteur pour cette année, mais le destin en a décidé autrement.

Source : Week End Scope Vendredi 23 Juillet 2004